Offrez une vache

Aide au Liban et en Syrie

De l'aide pour les oubliés au Mozambique

Mozambique —  Le diocèse anglican de Nampula au Mozambique aide les réfugiés à soulager les blessures psychiques et à se construire un avenir.<div class='url' style='display:none;'>/fr/</div><div class='dom' style='display:none;'>kirchgemeinde.ch/</div><div class='aid' style='display:none;'>563</div><div class='bid' style='display:none;'>15515</div><div class='usr' style='display:none;'>235</div>

Mozambique: Le diocèse anglican de Nampula au Mozambique aide les réfugiés à soulager les blessures psychiques et à se construire un avenir.

L'œuvre d'entraide catholique-chrétienne Etre Partenaires a mis sur pied 27 projets en collaboration avec des partenaires locaux. Fr. 211'500 serviront à améliorer les conditions de vie de personnes défavorisées dans neuf pays d'Afrique et d'Asie. Pour la première fois l'œuvre d'entraide s'engage cette anée dans un camp de réfugiés au Mozambique.
17’000 réfugiés du Rwanda, du Burundi, de Somalie et de la République démocratique du Congo vivent dans le camp de Marratana au nord du Mozambique, et ce depuis 15 ans pour certains et sans perspective de retour dans leur pays d'origine. Grâce à des personnes spécialement formées pour, le diocèse anglican de Nampula aide les réfugiés à se créer un avenir et – si le retour au pays n'est pas possible – à s'installer le mieux possible au Mozambique.

Après une longue guerre civile, cette ancienne colonie portugaise est devenue l'un des pays les plus pauvres de la planète. En 2016 il occupait la 181ème place parmi 188 pays sur l'échelle de l'index du développement humain. Aujourd'hui encore plus de la moitié de la population se trouve en dessous du seuil de pauvreté. La dépendance du budget national vis-à-vis de l'aide extérieure est très élevée. Plus de 80% de la population vit de la petite paysannerie et est particulièrement sensible aux catastrophes naturelles. A cela s'ajoute l'épidémie de SIDA qui freine les efforts de développement. Il n'est donc pas étonnant que ni l'Etat ni la population n'a les moyens pour améliorer le sort des réfugiés.

Un diocèse engagé
Les expériences traumatisantes que subit une grande partie des réfugiés constituent un grand problème rarement abordé par les organisations d'aide aux réfugiés. L'évêque Manuel Ernesto est responsable du diocèse de Nampula, constitué tout récemment en septembre 2018, dans lequel ce camp de réfugiés se trouve. Il s'engage intensément dans le soutien psycho-social des réfugiés et a entrepris une formation dans ce domaine en Afrique du Sud. Le but est d'aider au mieux les réfugiés à dépasser les blessures psychiques provoquées par l'expulsion et la fuite grâce à des groupes de soutien et des personnes spécialement formées. De plus il est envisagé d'avoir le soutien de spécialistes de l'Afrique du Sud voisine.

La "Sint Paulus Missie" des Pays-Bas, une œuvre d'entraide vieille-catholique proche d'Etre Partenaires, s'engage depuis de nombreuses années au Mozambique. Lors de leur rencontre l'automne dernier à Vienne, les œuvres d'entraide vieilles-catholiques (Diaconie et mission vieilles-catholiques internationales) ont décidé de soutenir ensemble ce projet au Mozambique en 2019 et 2020. Il s'agit de poser un signe pour que les réfugiés, souvent oubliés des unes de nos journaux et du public, soient une part entière de notre monde et de notre responsabilité.

Le soutien au Liban continue
Etre Partenaires continue son soutien pour les réfugiés au Liban. Les réfugiés syriens représentent un énorme défi pour les pays voisins ; c'est pourquoi l'œuvre d'entraide soutiendra cette année encore deux organisations fiables sur place avec la somme de Fr. 10'000.-.

Accent sur l'Afrique
Le plus grand projet d'Etre Partenaires est actuellement réalisé à Bagira à l'est de la République Démocratique du Congo. Après la construction réussie d'un premier bâtiment scolaire avec des installations sanitaires de 2017 à 2020, un deuxième bâtiment qui offrira des infrastructures pratiques et résistantes aux intempéries aux 600 élèves primaires et aux 200 élèves secondaires sera construit. De plus ce projet sera soutenu par Latitude 21 du canton de Neuchâtel. Cette année, Fr. 57'500 sont prévus pour sept projets en République Démocratique du Congo. En Ouganda, deuxième pays phare, Fr. 35'900 seront investis dans quatre projets. Fr. 26'000 sont prévus pour quatre projets en Tanzanie. Un projet au Soudan du Sud et un autre projet en Zambie complètent l'engagement d'Etre Partenaires en Afrique. Mentionnons ici la formation professionnelle pour les jeunes à Ibba (Soudan du Sud). Ce centre de formation est devenu un projet phare de l'œuvre d'entraide dans une région paisible au cœur d'un pays en pleine guerre civile. L'agrandissement du centre est soutenu par la Journée mondiale de prière, la fondation "Solidarité Tiers-Monde" et la soupe d'Allschwil.

Huit projets en Asie
Pour l'œuvre d'entraide, l'Eglise Indépendante des Philippines est une partenaire de longue date. En 2019 sept projets s'élevant à un montant de Fr. 44'500 sont prévus. Pour le huitième projet, le centre d'accueil pour femmes à Hong Kong, des employées de maison exploitées et issues des pays voisins y reçoivent un soutien et un accompagnement.

Une partie essentielle des moyens d'Etre Partenaires provient des collectes organisées dans les paroisses durant le temps du Carême. L'œuvre d'entraide apprécie ce soutien à sa juste valeur et en est très reconnaissante. Etre Partenaires remercie aussi tous les particuliers qui soutiennent financièrement ses projets. Elle fait tout pour investir ces moyens d'une manière responsable. L'œuvre d'entraide les remercie pour leur bienveillance et la solidarité vécue.
Mis a disposition: 01.02.2019     
actualisé par kirchenweb.ch